Would you like to go to the site?
Yes No
local_shipping Disponibilité immédiate
construction Garantie 5 ans pièces et main d'oeuvre
support_agent Excellentes compétences en service à la clientèle

Calculateur d’équivalences énergétique et de gaz à effet de serre pour la réfrigération commerciale – Calculs et références

Introduction

Cette page décrit les paramètres utilisés par l’outil  » Energy and Greenhouse Gas Equivalencies Calculator for Commercial Refrigeration  » (calculateur d’équivalences d’énergie et de gaz à effet de serre pour la réfrigération commerciale) que l’on trouve sur les sites Web de True Refrigeration pour convertir les kWh en différents types d’équivalents d’émissions de gaz à effet de serre.

Différentes instances du calculateur apparaissent sur les sites Web régionaux, par exemple truerefrigeration.eu, .de et .fr utilisent des sources de l’UE et présentent des rapports en euros, tandis que truerefrigeration.co.uk utilise des sources du Royaume-Uni et établit des rapports en livres sterling. Nous avons fait tout notre possible pour utiliser les sources de données récemment publiées et nous nous efforcerons de maintenir les chiffres à jour afin de fournir des estimations précises aux utilisateurs.

Le « Calculateur d’équivalences d’énergie et de gaz à effet de serre pour la réfrigération commerciale » convertit les économies d’énergie en kWh/différence entre les produits True sélectionnés et les données d’autres produits saisis par l’utilisateur, multipliées par un coût unitaire en kWh et le nombre de sites, fournissant une estimation du coût d’exploitation et (lorsque les chiffres sont importants) des exemples d’équivalence (autour des voitures et des ménages) basés sur la réduction des émissions.

Nous espérons que les résultats aideront les opérateurs à prendre une décision d’achat plus éclairée, en mettant en évidence les différences de coût potentielles entre les produits d’exploitation. Lorsque des exemples d’équivalence sont affichés, cela peut être utile pour communiquer votre stratégie de réduction des gaz à effet de serre ou d’autres initiatives de durabilité.

Coût par kWh

En raison de la crise énergétique actuelle, les prix payés par les entreprises par kilowatt-heure connaissent actuellement une forte volatilité qui devrait se poursuivre dans un avenir prévisible.

Cependant, nous suggérons fortement aux opérateurs d’utiliser leur « coût unitaire » actuel payé par kWh d’énergie utilisée pour obtenir une estimation plus précise.

Il convient également de noter que le prix payé par kWh pour les non-ménages varie fortement entre les pays de l’UE, avec la Grèce payant 0,22 € par kWh et la Finlande 0,08 € par kWh au second semestre 2021 [1].

Région Coût par kWh utilisé
Europe 0.14 €
ROYAUME-UNI £0.28

Selon les dernières données du ministère britannique des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle, à partir d’avril 2022, les tarifs énergétiques par défaut pour les personnes payant par prélèvement automatique coûteront £0,28 par kWh [2].

Le prix moyen de l’UE pour les consommateurs non résidentiels au second semestre 2021 était de 0,1445 € par kWh [1].

[1] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Electricity_price_statistics
[2] https://www.nimblefins.co.uk/average-cost-electricity-kwh-uk

Le contexte du CO

Un gaz à effet de serre (GES) est défini comme tout gaz présent dans l’atmosphère terrestre qui absorbe et réémet de la chaleur et qui, par conséquent, rend l’atmosphère de la planète plus chaude qu’elle ne le serait autrement.

Les GES sont naturellement présents dans l’atmosphère, mais les activités humaines telles que la production d’électricité, l’alimentation des transports et les processus industriels (qui dépendent encore largement de la combustion de combustibles fossiles) sont en augmentation, ce qui entraîne un réchauffement de la planète et un changement climatique.

Le protocole de Kyoto (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques) a été établi pour définir des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Étant donné qu’il existe un certain nombre de GES, notamment le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux (N2O) et l’ozone, chacun ayant un potentiel de réchauffement planétaire (PRP) différent, c’est-à-dire un impact sur l’environnement, un système de numérotation a été mis au point pour fournir une unité de mesure commune aux différents gaz.

Le dioxyde de carbone (CO2), le gaz à effet de serre le plus couramment émis, a été choisi comme base du système, avec un PRG de 1. Les gaz ayant un impact plus important sur le réchauffement auront donc un PRG plus élevé que le CO2.

La réduction du carbone est un processus par lequel une organisation réduit directement ses émissions de gaz à effet de serre grâce à des gains d’efficacité, par exemple en adoptant des produits et des solutions plus durables/économes en énergie, réduisant ainsi son empreinte carbone.

CO2e par kWh

La quantité de dioxyde de carbone libérée par la production d’une unité d’énergie dépend du type de combustible brûlé. Le charbon, par exemple, a une teneur en carbone plus élevée que le gaz. Pour toutes les sources d’électricité (y compris les énergies fossiles, nucléaires et renouvelables), la quantité moyenne de dioxyde de carbone émise au Royaume-Uni en 2020 s’élevait à 180 tonnes par GWh d’électricité fournie (soit 180 000 kg pour 1 000 000 kWh) [3].

Le calculateur utilise un taux de production moyen de CO2 pour convertir les kilowatt-heures de consommation d’énergie en unités d’émissions de dioxyde de carbone.

Région CO2e/kWh utilisé
Moyenne de l’UE 0.231
Moyenne du Royaume-Uni 0.233

Un rapport du gouvernement britannique en 2020 a estimé le chiffre de 0,233 kg de CO2e par kWh d’électricité [4].

L’intensité des émissions de gaz à effet de serre de la production d’électricité en Europe, mise à jour le 18 novembre 2021, indique que l’intensité des émissions de gaz à effet de serre de la production d’électricité pour l’UE-27 est de 230,7 g de CO2e/kWh pour 2020 [5].

[3] https://www.gov.uk/government/collections/uk-territorial-greenhouse-gas-emissions-national-statistics « Émissions de gaz à effet de serre du Royaume-Uni en 2020, chiffres provisoires du 25 mars 2021 ».
[4] https://www.gov.uk/government/publications/greenhouse-gas-reporting-conversion-factors-2020
[5] https://www.eea.europa.eu/ims/greenhouse-gas-emission-intensity-of-1

Les émissions de Co2e des trajets en voiture

Les émissions provenant des transports représentent un quart du total des émissions totales de gaz à effet de serre de l’UE, ce qui en fait l’une des principales sources de pollution, contribuant à la mauvaise qualité de l’air, aux nuisances sonores, aux embouteillages et au changement climatique.

Le « Deal vert » européen prévoit une réduction de 90 % des émissions de gaz à effet de serre provenant des transports (par rapport aux niveaux de 1990) si l’UE veut atteindre son objectif de neutralité climatique d’ici 2050.

Malgré les objectifs de réduction, les émissions moyennes de CO2 des voitures particulières neuves immatriculées étaient en hausse avant la pandémie, en raison de la croissance du segment des véhicules utilitaires de sport. En 2019, les émissions moyennes de COde toutes les voitures neuves ont atteint 122,3 g de CO2/km[6].

Moins de 1 % des voitures en circulation aujourd’hui sont électriques, l’essence et le diesel dominant toujours les nouvelles immatriculations et les voitures en circulation.

Pour notre mesure d’équivalence CO2e des trajets en voiture, nous présentons les économies/différences entre les produits True sélectionnés et les données d’autres produits saisis par l’utilisateur, en termes de nombre de véhicules supplémentaires sur la route, impact environnemental inutile qui peut être évité en utilisant des équipements de réfrigération plus efficaces sur le plan énergétique.

Région CO2e/trajet en voiture Voyage moyen par an
Moyenne de l’UE 0,11 kg par km 11 300 km
Moyenne du Royaume-Uni 0,22 kg par kilomètre 7000 miles

En 2020, les émissions moyennes de CO2 des voitures particulières neuves immatriculées dans l’Union européenne étaient de 108,2 grammes de CO2 par kilomètre [7].

Au Royaume-Uni, les émissions moyennes de CO2 par voiture sont de 138,4 grammes par km (ou 221,4 grammes par mile), selon les dernières données du ministère des transports pour 2020 [8].

[6] https://www.eea.europa.eu/ims/co2-performance-of-new-passenger
[7] https://www.acea.auto/figure/interactive-map-co2-emissions-from-new-passenger-cars-in-the-eu-by-country/
[8] https://www.nimblefins.co.uk/average-co2-emissions-car-uk

Les émissions de CO2e des ménages

40 % des émissions de gaz à effet de serre du Royaume-Uni proviennent des ménages (en deuxième position après le secteur des transports), et bien qu’il n’y ait pas deux maisons identiques, le nombre de résidents et le type de propriété varient considérablement.

Les « appareils humides » tels que les lave-linge et les lave-vaisselles représentent généralement la majorité de la consommation d’électricité d’un ménage, le chauffage étant la principale utilisation du gaz. Et si le gaz est généralement 3 à 4 fois moins cher que l’électricité par kWh, le foyer moyen en consomme également beaucoup plus, le chauffage central et le chauffage de l’eau étant comparativement très gourmands en énergie.

Pour notre mesure d’équivalence énergétique des ménages CO2e, nous présentons les économies/différences entre les produits True sélectionnés et les données d’autres produits saisis par l’utilisateur, en termes de nombre de foyers supplémentaires alimentés/chauffés, d’impact environnemental inutile qui peut être évité en utilisant des équipements de réfrigération plus efficaces sur le plan énergétique.

Région Consommation moyenne en kWh/an par logement9
Moyenne de l’UE 17,793
Moyenne du Royaume-Uni 20,721

[9] https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/65964/1524-eu-energy-efficiency-household-trends-art.pdf

Les émissions de Co2e dans l’exploitation forestière

Les arbres et les forêts ont un rôle à jouer dans l’atténuation du changement climatique, en séquestrant naturellement le carbone de l’atmosphère. Plus il y a d’arbres, plus il est possible de capturer du carbone.

Les forêts et les zones boisées du Royaume-Uni éliminent environ 10 millions de tonnes de carbone de l’atmosphère par an, mais les émissions totales de dioxyde de carbone produites au Royaume-Uni dépassent 530 millions de tonnes sur la même période.

Les forêts et les terres agricoles couvrent plus des trois quarts du territoire de l’UE et absorbent chaque année l’équivalent de 10 % des émissions totales de gaz à effet de serre de l’UE.

Dans le même temps, la déforestation et la dégradation des forêts représentent 11 % des émissions de gaz à effet de serre de l’UE. Si seulement 0,1 % du carbone actuellement stocké dans les sols européens était libéré, cela équivaudrait aux émissions annuelles de 100 millions de voitures.

On estime que 0,546 kg de carbone par an peut être séquestré par un arbre, soit l’équivalent de 2 kg de dioxyde de carbone (une tonne de carbone étant équivalente à 3,7 tonnes de dioxyde de carbone).

Pour notre mesure d’équivalence forestière de CO2e, nous présentons les économies/différences entre les produits True sélectionnés et les données d’autres produits saisis par l’utilisateur, en termes de nombre d’arbres qui seraient nécessaires pour séquestrer du carbone supplémentaire, comme impact environnemental inutile qui peut être évité en utilisant des équipements de réfrigération plus efficaces sur le plan énergétique.

[10] https://assets.ctfassets.net/veghhywsw6ys/54krbctEDeX9vsp34BP5rt/84ccdd120d5fe35ce33badf14fc7f93e/Forestry-Commission-report-into-impact-of-planting-trees-on-carbon-emissions.pdf

[11] https://ec.europa.eu/clima/eu-action/forests-and-agriculture_en